L’approche non-directive créatrice ANDC

La relation d’aide telle que je la pratique, est appelée Approche non-directive créatrice md, c’est une approche humaniste (issue de Rogers et Lozanov), centrée sur la personne, et créée par Colette Portelance dans les années 80.

Comment ça se passe ?

Nous aidons la personne à identifier ce qu’elle vit. Nommer les émotions réelles lui permet de rester dans la juste émotion plutôt que de nourrir l’imaginaire par exemple, ou même la fausse image de soi. C’est la relation d’aide.

Ensuite, nous l’aidons à trouver en elle ses ressources, pour faire face à ses difficultés en tenant compte de sa nature profonde. Par exemple, le courage, le besoin de réaliser de nouveaux défis, la détermination, etc… C’est là que nous sommes non-directifs : nous ne disons pas à la personne ce qu’elle devrait faire.

Enfin, nous l’encourageons à se réaliser pleinement : réaliser ses rêves plutôt que d’attendre que la magie opère; s’inscrire à ce cours de danse tango dont elle rêve, ou aller dans le sens de ses objectifs de vie. C’est la création de soi.

 

La formation en relation d’aide :

Pour être Thérapeute en relation d’aide par l’ANDC MD, il faut suivre une formation de 1250 heures au Centre de relation d’aide de Montréal. Cette formation qui se donne sur 3 ans, allie la théorie, la pratique et la compréhension intégrée des concepts de la relation d’aide. Ce n’est pas du coaching ni de la psychothérapie. Il s’agit d’un soutien, d’un accompagnement concret.

La différence avec la psychothérapie :

Essentiellement, c’est que nous n’allons pas creuser dans l’inconscient. Nous travaillons avec ce qui est là, dans l’ici et maintenant, et non pas chercher dans le passé. Les manifestations dans le présent nous fournissent assez pour donner des pistes de transformations à la personne. La sensibilité du thérapeute apporte la compassion, et l’aide à la transformation naturelle du client, vers son mieux-être.

Nous sommes donc conformes à la Loi 21 qui a redéfini le champ de pratique de la psychothérapie. Et nous référons à des psychothérapeutes en cas de besoin.

 

Au plaisir de vous aider,

Marie-Ange Galy, Thérapeute en relation d’aide MD